Projet de solidarité internationale au centre de Balimba
Les enfants de la rue à Sarh, sud du Tchad



Vie au quotidien lors de nos 3 semaines au tchad en juillet 2011

1 - Atterrissage et premières impressions             2 - Missions avec les enfants, photos, vidéos

_____________________________________________________________________

1 - Atterrissage et premières impressions




Notre arrivée chez les Soeurs de la Charité à Sarh.


Sourires des enfants de Balimba.


Dans la fraternité, les différences sont abolies.


J’avais beaucoup d’appréhension avant de rencontrer ces enfants, j’avais peur de ne pas être à la hauteur de leurs attentes… Et pourtant ces premiers jours ont été merveilleux ; ils ont su me rassurer. Je rentre le soir émerveillée et heureuse grâce à leur sourire et leur joie de vivre. Je vie des moments inoubliables et très enrichissants. Blandine (dite Lulu Castagnette)


L’Afrique ! Depuis très longtemps cette terre résonne dans mon cœur. Il n’y a pas assez de mots pour décrire ce que l’on peut ressentir. L’Afrique ne s’explique pas, elle se vit. Malgré des conditions plus que précaires, cette population est pleine d’espérance et de joie de vivre, quelle leçon d’humanité. « Dieu se fait toujours le plus petit d’entre nous ». Aurore


Que de contrastes, de différences... Tout s’oppose, se confronte : choc des couleurs, des races, des cultures ; et pourtant miracle de la fraternité, de la communion, de l’amour d’un même Père qui nous rassemble et nous unit. Merveille des sourires d’enfants, de mains tendues, de sourires radieux. Grands et petits, hommes et femmes, tous accueillent les « Nassara » (les blancs que nous sommes). Pour moi, c’est un bonheur sans fin d’être là, à contempler l’œuvre de Dieu en ses enfants. Peuple immense que nous formons. Sr Pascale


Je ne sais vraiment pas à quoi je m’attendais mais en tout cas je vais de surprises en découvertes, en émerveillements… D’être née à Douala (Cameroun)… au cas ou quelqu’un l’ignorerait encore ne me sert à rien ! Si … je suis immédiatement en sympathie avec mes frères du Tchad… Ce qui me touche le plus : 1) voir enfin nos sœurs, 2) découvrir ces enfants de Balimba qui ont accès à une eau potable douteuse. 3) découvrir ces enfants des rues, vivre une solidarité qui arrache des larmes ! Par contre je suis déçue, j’ai un peu de mal avec la nourriture… mais ça c’est une confidence. Sr Francine


Mes espoirs ne sont pas déçus. Chaque seconde de notre séjour est un instant de découverte. Les préjugés tombent, c’est la vérité que nous découvrons par nous-mêmes sur ce pays si peu connu. Malgré les difficultés matérielles criantes, c’est-à-dire la quasi absence d’infrastructure, peut-on parler de retard de développement ? Je ne pense pas. Ici les cœurs sont gros, bien développés. Partout nous recevons un accueil vrai et chaleureux. Les sourires et les saluts jalonnent nos chemins. La vie simple semble également heureuse. Mathieu


Une terre qui ne ressemble pas à ce que l’on connaît. Que de diversités tant au niveau de paysages, des odeurs, qu’au niveau culturel et humain. Les enfants sont plus que touchants nous offrant chaque jour leurs sourires aux dents blanches que l’on voit de si loin. Leur proximité a été immédiate. Pas le sentiment d’être étranger comme on a pu par exemple avoir au marché. Ils sont apparemment heureux que l’on soit là, simplement avec eux. Le soutien scolaire leur plaît, ils en redemandent, eux qui préfèrent l’école aux temps de vacances synonymes de travail aux champs pour tous. Quelle joie de pouvoir nous aussi être simplement avec eux : des hommes parmi d’autres. C’est la foi qui nous réunit. Il n’y a que le Christ qui puisse faire l’unité dans une telle diversité. Nous allons essayer de poursuivre notre belle aventure dans la Joie et la simplicité de ces enfants ! Claire


Je suis vraiment touchée par l’ambiance fraternelle qui règne dans ce foyer. Ils sont tous unis, les plus grands ont le souci des petits. Ils sont vraiment heureux de nous voir et nous accueillent avec une grande joie, ce qui fait vraiment chaud au cœur. Tout paraît plus simple dans ce pays où les gens vivent dans des conditions très vétustes, mais nous semblent heureux. Elise


Ce qui m’a vraiment émue, ça a été la première prise de contact avec les jeunes du foyer Balimba. Le fait qu’ils nous aient fait une haie d’honneur à l’entrée du foyer en chantant Bienvenue nous a fait sentir qu’on était vraiment attendu avec impatience. L’autre aspect qui m’a bouleversée a été de voir dans quel état de dénuement les enfants vivaient. Ils manquent de tout, même du plus simple : vêtements, chaussures, matériel... C’est impressionnant de savoir que dans ces conditions, des personnes se démènent pour leur rendre la vie plus belle. Caroline


La première fois où les enfants et nous nous sommes rencontrés, un dimanche après-midi de Juillet, l’accueil qu’ils nous ont préparé m’a touché au plus profond du cœur. Simple mais sincère, l’accueil était un chant de bienvenue dès qu’ils nous ont vus arriver de loin ; quelques larmes ont coulé de mes yeux. La solidarité des enfants de Balimba entre eux, malgré le manque de beaucoup de choses même les plus utiles dans la vie de tous les jours, est le témoignage d’une vraie fraternité : perles très rares à notre époque.Micky


Séance photo pendant la pause.


Les activités avec les enfants.


Travail aux champs.


Activités jeux avec les enfants.


Dans la fraternité, on partage les mêmes joies.



Private